Il faut verdir la Plaine de Plainpalais !

Imprimer

Pour que la Plaine de Plainpalais ne soit plus un îlot de chaleur mais un îlot de verdure

Que diriez-vous d'une Plaine de Plainpalais végétalisée ?

C'est l'objet de la motion que j'ai déposée, le 16 janvier dernier au Conseil Municipal, et qui propose de végétaliser la Pointe sud (côté Uni Mail) de la Plaine de Plainpalais sur le même modèle de ce qui a été fait récemment sur la Pointe nord (côté Place du Cirque).

Cette mesure concrète de végétalisation aurait un double avantage : elle permettrait d’absorber la chaleur, réduisant ainsi la température dans le quartier de Plainpalais au plus fort de l’été, tout en faisant de cet espace une zone de délassement dépourvue de nuisances sonores pour les habitants du quartier.

Bien connue des Genevoises et des Genevois, la Plaine de Plainpalais est un site historique de Genève dont la composition et les usages ont évolué au fil de la construction de la ville. Longtemps dévouée à une activité maraîchère située en dehors des remparts historiques de Genève, la Plaine de Plainpalais s’est progressivement muée au siècle dernier en un site urbain accueillant diverses activités nécessiteuses d’emprises au sol d’une certaine ampleur : les champs de foire, les cirques ou encore les marchés. A l’âge d’or de la voiture, la Plaine de Plainpalais s’est même partiellement muée en parking à ciel ouvert, au service des visiteurs de l’ancien Palais des expositions (Palexpo), anciennement situé là où se dresse actuellement le bâtiment d’Uni Mail. Plus récemment, la Plaine de Plainpalais accueille diverses organisations principalement liées au loisir et au divertissement, dont par exemple la fan zone des coupes du monde et d’Europe de football.

La partie centrale de la Plaine de Plainpalais n’accueille fort heureusement plus de voitures en surface mais continue à accueillir toute une série d’activités, dont deux occupent en grande partie cette surface chaque année : les champs de foire forains à différentes périodes de l’année et les cirques.

Durant la phase des travaux de la partie centrale de la Plaine de Plainpalais, le ghorr, ce revêtement choisi pour habiller la Plaine de Plainpalais, a fait couler beaucoup d’encre, notamment pour son coût élevé à l’achat et à l’entretien.

Il est un autre problème majeur à relever concernant le choix de ce revêtement graillonneux, pourtant assez peu discuté dans le débat politique jusqu’à présent : son inadéquation complète avec la problématique du changement climatique. En effet, le ghorr étant une matière issue de la pierre, il contribue à amplifier la chaleur lors de températures élevées. Au plus fort de l’été, il n’est ainsi par rare que la Plaine de Plainpalais se mue en une sorte d’énorme désert, véritable îlot de chaleur, invivable à certaines périodes de l’été, dans un quartier de la ville très dense et déjà fortement limité en végétation. 

A l’heure où la Ville de Genève s’est dotée d’un Plan stratégique de végétalisation (PSV) et où les épisodes caniculaires estivaux se multiplient, il me semble donc urgent de mettre en pratique ce PSV par cette première mesure forte : végétaliser la partie centrale-sud de la Plaine de Plainpalais par un engazonnement du site et la plantation d’arbres là où cela est possible.

Cette proposition serait parfaitement compatible avec le maintien des puciers et des marchands dans les allées et dont la présence, au coeur même de Genève, est particulièrement appréciée des Genevoises et Genevois.

Marie Barbey-Chappuis, candidate PDC au Conseil administratif de la Ville de Genève

Pour plus de détails, l'article du GHI à ce sujet : https://www.ghi.ch/le-journal/geneve/une-pdc-reve-dun-central-park-au-coeur-de-geneve

www.marie-barbey-chappuis.ch

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.